Qui se cache derrière la Veggie Week?

qui-se-cache-derriere-veggie-week-blog-restaurant-suisse-geneve-choisistonresto

Ce n’est un secret pour personne je ne suis pas végétarienne, loin de là, cela dit toute initiative culinaire différente et qui tend de prêt ou de loin, à promouvoir l’art de bien manger et surtout de bien se nourrir m’intéresse toujours!

C’est donc pour cela que j’ai trouvé important de vous présenter Pamela, instigatrice genevoise d’une grande première mondiale;

la Veggie Week.

Pour connaitre -un peu- Pamela, cette végétarienne convaincue n’a rien du fasciste vindicatif que peuvent parfois être les vegans et végétariens, Pamela est végétarienne certes, mais aussi tolérante et c’est dans une volonté de partage et de découverte qu’elle a créer cet évenement unique et original.

Remarque: tu veux en savoir plus sur les différences entre végétarien, végétalien et vegan??

suit le LIEN.

qui-se-cache-derriere-veggie-week-pamela

De plus, et pour en dire un peu plus sur moi, je dois bien avouer que j’ai une affection particulière pour les végétariens idéalistes comme elle (je ne parle pas des “meufs” à moitié anorexiques qui deviennent soudainement végétariennes avant l’Été, histoire de trouver une excuse pour justifier des régimes alimentaires drastiques #bodybikini #seflfie…). En effet, j’ai moi-même été végétarienne durant ma petite enfance (enfin semi-végétarienne, car ils nous arrivaient de manger du poisson, des produits laitiers et des oeufs, nous étions quand même 4 enfants en bas âges à l’époque, âge auquel il n’est clairement pas conseillé d’adopter un régime exclusivement végétarien).

Aussi, je me rappelle, lors de la venue de ma grande-tante, quand ma mère s’était alors résignée à préparer un poulet, avoir pleuré toutes les larmes de mon petit corps, suspendue au four pendant la cuisson de ce pauvre être déplumé. Bon, ensuite je l’ai goûté, et j’ai rapidement perdu mes principes idéalistes d’enfant de 3 ans, mais cela c’est une autre histoire, Pamela elle, met de la force dans cet idéal alimentaire et le partage aujourd’hui avec nous en quelques lignes…rencontre;

Veggieweek_Il Vero_Plat2Veggieweek_Café Calla_Plat5Veggieweek_Le Jardin_Plat13

1-     Qui êtes-vous, d’ou venez vous? Pouvez vous vous présenter en quelques lignes? 

Pamela Redaelli, 32 ans. 

Je travaille depuis bientôt 10 ans dans les relations publiques, d’abord dans la culture puis l’horlogerie. En 2014, j’ai monté ma structure, PR & co. J’ai des mandats dans des domaines variés, de l’automobile à l’hôtellerie en passant par la gastronomie, l’éducation et la beauté. J’organise, avec mon équipe de choc, des events, gère des relations presse ou participe à élaborer la stratégie de communication de mes clients. J’adore cette diversité et cette possibilité de m’imprégner d’univers très différents. Autant vous dire que je suis tout le temps à 200 à l’heure. 

 

2-     Parlez nous de cette semaine gastronomique un peu spéciale? Ou? Pour qui? Comment? 

La Veggie week est un projet qui me tient particulièrement à cœur. L’idée m’est venue en discutant avec une amie. Toutes les deux férues de gastronomie végétarienne et bonnes vivantes, nous avons eu envie de bousculer l’image que l’on se fait de la cuisine veggie. La démarche n’est pas militante dans le sens où nous ne cherchons à convaincre personne qu’il faudrait ou qu’il ne faudrait pas consommer de viande ou de poisson. Notre idée est de montrer que l’on peut manger gourmand sans forcément avoir une côte de bœuf ou un bar grillé dans son assiette à tous les repas. Cette Veggie week s’adresse donc à tous, aux végétariens lassés des suppléments garnitures ou des assiettes pour mangeurs de graines ainsi qu’aux épicuriens curieux, carnivores ou pas. Les restaurants qui nous ont suivis dans l’aventure ont joué le jeu à fond en proposant des créations gourmandes au top avec des menus végétariens et/ou végans commençant à 39 francs et des offres inédites, comme un brunch 100% veggie.

3- Vous êtes vous-même végétariennes? Comment? Pourquoi?

Oui, depuis des années. D’abord par amour pour les animaux mais aussi pour des raisons écologiques. Les scientifiques sont unanimes : la planète ne peut pas supporter une consommation aussi intensive de viande et de poisson sur du long terme.  

4-Et ensuite? Tout est possible à l’écrit…Dites moi quels sont vos rêves et vos aspirations pour la vie vegan à Genève ou ailleurs…? 

A court terme, j’espère que la Veggie week rencontrera suffisamment de succès pour que les restaurants soient enfin convaincus d’intégrer la cuisine végétarienne à leur carte. A moyen terme, j’espère que l’on pourra dupliquer le concept dans d’autres restaurants, d’autres villes et peut-être d’autres pays, soyons fou. Et à long terme, j’espère que l’on n’aura plus besoin d’organiser de Veggie week du tout. Parce que l’alimentation végétarienne sera devenue tellement commune qu’on n’aura plus besoin de la promouvoir et que chacun pourra manger ce qu’il souhaite, sans jugements ni préjugés.    

qui-se-cache-derriere-veggie-week-blog-restaurant-suisse-geneve-choisistonresto

Détails et informations:

Du 5 au 11 juin 2017,

les restaurants des plus prestigieux cinq

étoiles de Genève proposeront à leurs hôtes des menus 100 %

végétariens.

Parmi les restaurants participants, on compte notamment

deux des adresses de la Réserve, Le Loti aux rênes

récemment repris par Virginie Basselot et le Café

Lauren à la carte concoctée par le chef étoilé Eric Canino,

le Gusto et la Brasserie du Parc des Eaux-Vives pour le

Métropole, le Rasoi et le Café Calla au Mandarin Oriental,

Geneva, Le Jardin du Richemond, Il Vero au Kempinski,

L’Atrium au Beau-Rivage, le Windows de l’Hôtel d’Angleterre

ou encore le tout nouveau Living-Room à l’Hôtel de

la Paix.

En tout, huit hôtels participent à l’opération, pour

un total de onze restaurants.


Voulez-vous partager votre avis ?

Votre mail ne sera pas publié

Si vous avez aimé cet article pouvez-vous le partager, cela m'aide beaucoup.